S'abonner à mon fil RSS

La vérité n’est pas toujours bonne à dire (suite)

En voiture, j’écoutais récemment les excellents reportages sur la crise du verglas, diffusés sur les ondes de la Première chaîne de Radio-Canada, à l’émission Maisonneuve en direct. Dans une segment sur le fameux vendredi noir, où les Montréalais ont failli être privés d’eau potable, la question a été posée à savoir si on aurait dû révéler cette information au public. On sait maintenant que l’information n’a pas été transmise dans le but de ne pas créer de panique. Jean-Bernard Guindon, qui dirigeait le Bureau de la sécurité civile de la CUM à l’époque, rappelle comment les autorités en sont venues à décider de ne pas révéler cette information. Or, quelques années plus tard, M. Guindon prononce une conférence. Un professeur chercheur (malheureusement on ne connaît pas son nom) l’interrompt et affirme que les autorités ont eu tort. Le professeur affirme avoir examiné plusieurs cas comparables à la crise du verglas. Selon ses recherches, chaque fois qu’une direction quelconque a choisi de révéler l’information et qu’elle a demandé la collaboration des gens, elle l’a obtenu, sauf pour un 10 % de la population qui, de toute façon, n’aurait pas collaboré.

Voilà qui lance un débat intéressant sur la nécessité de tout dire ou d’exercer une certaine retenue. André Caillé, dans la même émission, affirme qu’il avait pris le parti de la transparence totale et qu’il aurait révélé la situation aux Montréalais. Sauf qu’au moment où lui et Lucien Bouchard ont tenu leur conférence de presse quotidienne, la situation de l’eau potable était revenue sous contrôle.

Voici ce que je pense. Avant de divulguer une information, il faut être en mesure d’en gérer les conséquences. Aussi, je ne suis pas tant partisan de cacher l’information, mais plutôt de la divulguer lorsque l’on est prêt. Si des lecteurs ont une position à ajouter, j’aimerais bien les lire.

Cette note a été postée le Mercredi, janvier 9th, 2008 à 5:07 dans la catégorie CONSULTATIONS PUBLIQUES, GESTION ET RÉSOLUTION DE CRISE, MATIÈRE À RÉFLEXION, RÉFLEXIONS ET EXPÉRIENCES, RELATIONS DE PRESSE. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


Laissez un commentaire