S'abonner à mon fil RSS

Bloguer en entreprise : l’exemple donné par Arcelor Mittal

Une participante de l’événement Bloguer en entreprise en trois temps, avait attiré mon attention sur le cas de Arcelor Mittal. Je me suis rendu sur leur site Arcelor Mittal Web TV. Holà, sommes-nous en présence de quelque chose d’unique ? Arcelor Mittal en est à sa deuxième saison (déjà) de Web TV. Une Web TV qui présente des documents vidéos très « corporate ». On est loin de la « shaky camera » de Mitch Joel. On peut s’abonner par courriel, par fil RSS et utiliser plusieurs applications de marque-pages. Il y a aussi un blogue. Bref, la direction de Arcelor Mittal a décidé d’utiliser les applications du Web 2.0 et de devenir une entreprise 2.0.

Je continue à explorer ces sites, mais ma première impression, spontanée, me trouve ambivalent. C’est trop léché, trop étudié, trop « corporate ». Ais-je tort ? Les internautes vont-ils se laisser charmer ? À suivre.

Mots-clés : , ,

Cette note a été postée le Lundi, avril 28th, 2008 à 8:07 dans la catégorie COMMUNICATIONS, MATIÈRE À RÉFLEXION, MÉDIAS SOCIAUX, PROTECTION DE VOTRE RÉPUTATION, RELATIONS PUBLIQUES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


2 commentaires sur “Bloguer en entreprise : l’exemple donné par Arcelor Mittal”

  1. Stephan Becker a écrit:

    Chère Pierre – question intéressante que vous soulevez avec votre billet concernant le blogue corproratif d’AcelorMittal. J’ai moi-même analysé les installations d’AcelorMittal – voice mon billet à ce sujet (en anglais):

    http://intelegia.com/mediacenter/tools_for_thought/2008/02/04/arcelormittal-writes-a-new-page-for-corporate-blogging/

    En effet, votre question touche à une décision corporative d’ordre ‘ligne éditoriale': Un blog corporatif, devrait-il préserver la personnalité d’un blogeuer individuel? Ou la facture plus personnelle devrait-elle plutôt faire place à une approche plus ‘corporative’ dans le sens que ‘l’entreprise prend la parole’. L’une ou l’autre de ces approches comporte des avantages et des inconvenients: que faire d’un blogue dont la force repose sur l’expression personnelle d’une personne si pour une raison ou une autre cette personne quitte ses fonctions? De l’autre côté, un blogue d’une facture plus ‘impersonnelle’, i.e.le type AcelorMIttal qui implique plusieurs departments dans l’écriture du blogue et dont la ligne éditoriale semble plus ‘factuelle’ est certes moins vulnérable aux changements du côté ressources humaines, mais qui implique probablement moins le lecteur. L’inconvénient ici: repercussions sur la loyauté du lectorat.

    Je n’ais pas de réponse certaine à la question, mais la decision de monter un blogue corporatif nous pousse certes à nous poser des questions à plusieurs niveaux, y compris la ligne éditoriale. Dans notre compagnie (www.intelegia.com), nous avons opté pour une approche entre les deux: des blogeurs individuels qui écrivent sur plusieurs plateformes corporatives, et qui sont chacune organisée par sujet et répondant à des lignes editoriales différentes – et ce sans effacer le style et la facture de chacun. Est-ce la bonne solution? Nous ne détenons pas la vérité, mais pour l’instant cela semble bien fonctionner – en voice un apercu:

    Français:
    Des outils et des hommes :
    http://intelegia.com/centremedia/des_outils_et_des_hommes/
    Le ‘social butterfly’:
    http://intelegia.com/centremedia/le_social_butterfly/

    Anglais:
    Tools For Thoughts:
    http://intelegia.com/mediacenter/tools_for_thought/

    Merci encore pour cette plage de réflexion… :-) Stephan

    Cher Stephan,
    Je dois dire que votre commentaire tombe à point. Depuis que j’ai écris le billet sur le blogue de Arcelor Mittal, j’ai beaucoup réfléchi et j’ai réalisé que mon malaise initial, bien que parfaitement authentique, s’estompe. En effet, pourquoi Arcelor Mittal n’utiliserait-elle pas les outils du Web 2.0 pour sa communication ? Pourquoi poursuivre la rédaction et la production de journaux internes, alors que le blogue est tellement plus puissant comme outil ? N’ais-je pas moi-même recommandé à un de mes clients de mettre un blogue en ligne pour ouvrir le dialogue avec ses futurs clients ? Quant à la loyauté du lectorat dont vous parlez, je m’interroge encore, mais je crois qu’Arcelor Mittal gagnera la loyauté de son lectorat par la qualité des conversations qu’elle entretiendra et par sa transparence. C’est une histoire à suivre et je suis maintenant abonné au fil RSS du blogue de Arcelor Mittal.

  2. Arnaud a écrit:

    Mittal s’attaque aux « blogueurs »

    Alors que le groupe ArcelorMittal utilise internet tous azimuts, il ne tolère pas que des syndicalistes fassent de même pour informer le personnel.

    L’entreprise FPC Arcelor Mittal à Montélier vient de licencier Sylviane Perrier, militante de la CGT pour avoir créé un blog au sein de l’entreprise.
    Le reproche est double : elle est adhérente à la CGT et blogueuse. C’est trop pour ArcelorMittal. Sylviane a été jeté à la rue comme une malpropre, sans indemnité…..

Laissez un commentaire