S'abonner à mon fil RSS

Est-ce vraiment de la consultation?

Récemment, j’ai assisté à des audiences de consultation tenues par l’Office de consultation publique de Montréal. J’y allais pour voir comment cela se déroule et pour me préparer à bien conseiller un client qui devra se présenter devant cet Office lors de consultations à venir. Ce que j’y ai vu ne me rassure pas sur la démocratie. D’un côté, un promoteur accompagné d’une armée de consultants. De l’autre, de simples citoyens, armés de bonne volonté, mais sans consultants pour les aider. Entre les deux, des représentants de l’administration municipale. Dans la salle, des élus. En avant, les commissaires de l’Office. Je me suis appliqué à observer la dynamique de communication. Rapidement, il a été clair pour moi que les élus souhaitent la réalisation du projet en question. Il faut les voir, lors des pauses, discuter avec les représentants du promoteurs, se faire la bise, rigoler : tout va très bien quoi. Et puis il y a les fonctionnaires – qui savent que les élus poussent pour le projet – et qui utilisent à profusion la langue de bois pour répondre aux questions qui sont posées par les très très simples résidents (ce n’est pas de l’ironie). Voyez-vous, j’ai assisté à une démocratie à armes inégales. D’un côté, des experts qui possèdent les connaissances techniques et qui parlent un langage non moins technique, appuyés par leurs consultants (urbanistes, architectes, ingénieurs, etc). De l’autre les résidents qui demandent des explications, mais qui comprennent peu de choses aux explications. Je suis sortie de ces soirées très perplexes. Je venais d’assister à une pièce de théâtre soigneusement réglée dans laquelle on imposait un projet à un groupe de résidents qui n’y étaient pas nécessairement opposés, mais qui avaient de réelles réticences et réserves à l’égard du projet proposé. Hum…

Mots-clés : , , , ,

Cette note a été postée le Mardi, juin 17th, 2008 à 3:21 dans la catégorie CONSULTATIONS PUBLIQUES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


Laissez un commentaire