S'abonner à mon fil RSS

Les médias sociaux et l’exemple de GM

Laurent Magloire rédige un blogue (Opinion Watch) que je suis depuis un certain temps. Il nous propose une excellente analyse des efforts de General Motors pour utiliser le Web 2.0 et les médias sociaux. GM a en effet mis en ligne plusieurs blogues : GM Facts and Fiction, Fastlane, The Case of GM, etc. , ainsi qu’un Twit. On pourra certes reprocher à GM de refuser les commentaires sur son blogue Facts and Fiction. Ainsi, seuls GM et les gens de RP se donnent le droit de déboulonner les mythes à leur endroit. À refuser la discussion, on perd en crédibilité. Bel effort, mais ce pourrait être mieux.

Laurent conclut ainsi son billet :

« En définitif, GM tente de s’appuyer sur un dispositif à 360° alliant blog de crise, blog corporate, blog de fan et Twitter dans le but de faire table rase des rumeurs qui accompagnent sa réorientation industrielle et de s’immiscer dans les sphères conversationnelles pour se présenter sous un nouveau jour. « . Lire tout son billet ici.

Mots-clés : , , , ,

Cette note a été postée le Mercredi, octobre 8th, 2008 à 7:38 dans la catégorie COMMUNICATIONS, CONSULTATIONS PUBLIQUES, MARKETING PR, MÉDIAS SOCIAUX, PROTECTION DE VOTRE RÉPUTATION, RELATIONS PUBLIQUES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


1 commentaire sur “Les médias sociaux et l’exemple de GM”

  1. Laurent a écrit:

    Il est clair qu’ils ne s’engagent pas tout à fait dans la conversation via le blog GM facts and fiction dans la mesure où les commentaires sont interdits. Mais, d’un autre côté, Lesieur a autorisé les commentaires au moment de la crise sur les huiles de moteurs et censuré la plupart des avis trop négatifs. Résultat, certains internautes furieux sont allés déposer des commentaires virulents ailleurs…Ce point mérite donc réflexion au cas par cas je pense.
    A bientôt Pierre.

    Je mène actuellement des expériences pour des clients (First Capital, Metro et Alimentation Couche-Tard) pour lesquels j’ai mis en ligne des blogues temporaires associés à des projets. Dans un de ces blogues, http://marchevieuxlongueuil.com, j’ai convaincu le client d’accepter les commentaires négatifs et les critiques et de tout mettre en ligne. Cela a été notre ligne de conduite depuis la mise en ligne du blogue. Car il vaut mieux savoir ce que les clients pensent et pouvoir s’expliquer avec eux, que de les laisser dire du mal de nous ailleurs (et surtout d’ignorer qu’ils le font).

Laissez un commentaire