S'abonner à mon fil RSS

Les mauvais côtés du blogue (Fin ?)

Grâce aux commentaires que j’ai reçus suite à mes billets sur les mauvais côtés du blogue, j’ai pu me faire une idée assez précise sur l’attitude à avoir en réaction à une personne qui inonde un blogue de commentaires négatifs. D’abord, j’en parlerais sur le blogue. Oui, je préviendrais les autres visiteurs du blogue qu’il y a une seule personne qui s’acharne à envoyer des commentaires négatifs. Ensuite, je n’accepterais pas les commentaires, mais je le dirais, par souci de transparence, et j’expliquerais pourquoi je ne les accepterais pas. Je m’engagerais aussi à répondre à tout commentaire des autres visiteurs sur les raisons pour ne pas accepter tous les commentaires négatifs reçus d’une seule personne.

Dans le cas qui m’occupe, soit le blogue de Metro à Kirkland, les quatre premiers commentaires du résident ont été acceptés. Le client y a répondu. Les quatre commentaires en question résument fort bien la pensée de cette personne et contiennent tous les arguments qui l’amènent à s’opposer au projet. En les mettant en ligne, j’ai voulu démontrer que l’opposition se résumait à un seul résident, probablement appuyée par une poignée de voisins. Par contre, le contenu des autres commentaires (une vingtaine tous reçus un samedi matin) ne font que reprendre les mêmes arguments, cette fois dans un langage nettement plus agressif, voire déplacé. Plusieurs commentaires ont été envoyés plusieurs fois, ce qui fait qu’au bout du compte, ce n’est pas 20 nouveaux commentaires qui sont entrés, mais probablement 10. Les mettre en ligne et tenter d’y répondre aurait équivalu à entretenir un dialogue de sourd.

MAJ : Samedi dernier 109 résidents ont signé le registre afin de s’opposer au projet de mon client. Il fallait 151 signatures pour bloquer le projet. En étudiant les signatures, nous avons découvert qu’elles proviennent de 52 résidences, toutes situées à proximité de la résidence du « grognon » comme l’a appelé un de mes collègues. Or, le nombre de personnes qui pouvaient signer le registre s’élevait à 1 300, provenant de 600 résidences. C’est donc dire que 8% des personnes ont voté contre le projet. Ces 8% proviennent de 9% des résidences. Voilà qui démontre que la très grande majorité des personnes concernées ne s’opposait pas au projet. Voilà aussi qui confirme que mon client et moi avons eu raison de ne pas accepter les commentaires. Qu’en pensez-vous ?

MAJ Une politique éditoriale sert aussi à fixer les règles du jeu. Il est ainsi plus facile de justfier des décisions, comme celle de refuser des commentaires, en s’appuyant sur la politique en question.

Mots-clés : , , ,

Cette note a été postée le Mercredi, février 25th, 2009 à 3:42 dans la catégorie CONSULTATIONS PUBLIQUES, MATIÈRE À RÉFLEXION, MÉDIAS SOCIAUX, RÉFLEXIONS ET EXPÉRIENCES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


2 commentaires sur “Les mauvais côtés du blogue (Fin ?)”

  1. Elizabeth Hirst a écrit:

    Pierre, j’ai parcouru le blog de Métro Kirkland et je tiens à féliciter tout le monde qui y est impliqué. Il est très évident à tout lecteur qu’il s’agit d’un très petit nombre d’objections et que Métro y a bien répondu. C’est un beau cas d’ouverture et de transparence.

    Ceci étant dit, je trouve normal que le pourcentage de résidants à voter contre le projet ne représente qu’une minorité de la population de Kirkland et ne proviennent que de 9% des résidences: ce sera eux qui seront le plus directement touchés.

    D’ailleurs, la question de la valeur immobilière n’a pas été réglée. Si le « grognon » n’est pas capable de vendre sa maison, vous l’aurez à vos côtés encore pour un beau bout de temps.

  2. La partie n’est perdue pour personne, ou presque. // Relations publiques au quotidien a écrit:

    […] sur la toile. Mais pour ceux que ça intéresse Pierre Bouchard en a parlé ici et là et encore ici , il n’y a pas si […]

Laissez un commentaire