S'abonner à mon fil RSS

Tout le monde le fait

Il y a plusieurs années, CKAC avait lancé une campagne publicitaire qui avait eu beaucoup de succès. Le slogan était : Tout le monde le fait, fais-le donc : écoute CKAC.

Pourquoi est-ce que je vous parle de cette campagne ? Parce qu’elle me revient à l’esprit chaque fois que je rencontre des clients (ou des collègues-relationnistes) qui se contentent de faire comme tout le monde lorsque vient le temps de faire une opération de communication. On imite ; on reproduit. Pourquoi changer ? Tout le monde le fait ainsi…

On fusionne deux entreprises : publions un communiqué, le plus traditionnel possible.
On signe une entente : prenons une photo de deux personnes qui se serrent la main ou en train de signer un document.
On veut communiquer avec le grand public : faisons un site web en mode « push » sans possibilité de faire des commentaires. Déposons-y des documents de plusieurs dizaines de pages, en format PDF, sans s’être demandé un instant si on pouvait extraire l’information qui serait utile aux journalistes et au grand public.
On a une nouvelle à annoncer : faisons une opération de presse comme on la faisait il y a 25 ans.

Après, ces mêmes personnes s’étonnent d’apprendre que leur site n’est pas retenu par les moteurs de recherche. Elles s’étonnent de constater qu’en tapant des requêtes dans Google ou dans un autre moteur de recherche, elles ne trouvent rien (ou presque).

Il m’arrive souvent de travailler sur des projets publics. Or, je constate souvent plusieurs choses. Premièrement, j’en apprends beaucoup sur les projets, beaucoup plus que par les médias. Deuxièmement, lorsque j’interroge des personnes de mon entourage, je découvre que tout le monde a entendu parler du projet, mais est incapable d’en dire plus. On sait que le projet existe, mais on ne sait rien de plus: ses phases, les dates de réalisation, etc. RIEN.

Est-ce qu’on pourrait se demander un peu ce que les Internautes attendent d’un site Internet ? Est-ce qu’on pourrait aussi faire un effort de synthèse pour extraire l’information de base que toute personne aimerait avoir sur un projet ? Est-ce qu’on pourrait rejoindre les médias sociaux, utiliser les nouveaux modes de communication tels les balados et vidéos ?

Tout le monde le fait, alors faisons comme tout le monde, n’est-ce pas ? ERREUR ! Le monde a changé.

Mots-clés : , , , , , ,

Cette note a été postée le Vendredi, mai 15th, 2009 à 10:54 dans la catégorie COMMUNICATIONS, RÉFLEXIONS ET EXPÉRIENCES, RELATIONS PUBLIQUES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


3 commentaires sur “Tout le monde le fait”

  1. Michelle Sullivan a écrit:

    Et pas besoin d’aller très loin pour constater qu’effectivement, les choses changent. Les professionnels en RP n’ont qu’à consulter le blogue de First Capital pour s’en rendre compte. Ton intiative demeure, pour moi, une référence que je présente à tous mes clients.

    Bravo pour ce billet qui nous inspire à sortir des sentiers battus. Ce n’est pas pour rien qu’on s’entend si bien, toi et moi ;)

  2. Sophie Labelle a écrit:

    En lisant le titre de ton billet, je me rappelais les paroles de M. Morrow qu’a citées Patrick Lagacé… Ça me rappelle aussi du même coup ce que me répétait ma mère plus jeune : Si quelqu’un se jète en bas du pont, le feras-tu toi aussi ?!

    « Tout le monde le fait » c’est l’excuse suprême pour ceux qui ne veulent pas se remettre en question ou ceux qui ne veulent pas poser de questions. Les professionnels des RP ont pourtant en majorité cette habileté à comprendre l’environnement, les enjeux, les publics, bref, à être les yeux et les oreilles d’une entreprise ou d’un client. Ne sommes-nous pas donc reconnus pour notre capacité à nous adapter, à être à l’affût de tout ce qui se passe, nous, consommateurs « alcoolique » d’information ? Il y a bien sûr ceux qui ne savent pas et il y a surtout ceux qui ne veulent pas savoir. Apprendre et évoluer constamment c’est portant tellement grisant.

  3. Aurélie Alaume a écrit:

    À propos de faire toujours comme les autres (comme une façon de se dédouaner), moi, ma mère me disait « Et si tout le monde se met une plume aux fesses, tu le feras aussi? » … finalement, c’est peut-être pour cela qu’on se retrouve en relations publiques, alors :-)
    Blague à part, il y a l’extrême inverse qui me paraît tout aussi idiot: personne ne le fait alors je vais le faire, simplement pour cette raison; et on en revient, comme toujours, à la question du sens de la démarche, de la recherche, qui occupe parfois trop peu de place.
    Bref, merci Pierre pour ce énième billet de fort bon conseil !

Laissez un commentaire