S'abonner à mon fil RSS

Le pipeline Lévis-Montréal d’Ultramar bloqué par une poignée de personnes

Encore un exemple de projet, salué par le gouvernement et les élus, qui se heurte à une poignée de résidents qui ont décidé que ce projet ne se ferait pas dans leur cour. C’est La Presse ou Cyberpresse qui raconte cette histoire ce matin.

Je ne connais pas tous les détails; je ne sais pas si Ultramar a organisé des consultations en amont et ouvert le dialogue avec les communautés touchées. Je ne peux donc pas porter jugement. Par contre, j’observe encore une fois que des projets se heurtent au syndrome « pas dans ma cour », syndrome qui se transforme souvent en BANANA Syndrome (Build Absolutely Nothing Anywhere Near Anyone) et là on exagère. L’industrie éolienne se heurte à ce genre d’attitude qui a pour conséquence de freiner le développement économique, ce que souligne Michel Saucier, directeur général de l’UPA Saint-Hyacinthe lorsqu’il déclare : ‘Notre position est simple, on ne peut pas s’opposer parce que s’opposer à des projets comme ça, c’est mettre fin au développement économique du Québec. »

Pour que des projets comme ceux cités plus haut réussissent, il faut d’abord s’engager dans un processus de consultation avec les communautés. Il faut ensuite une volonté de la société civile et une volonté politique. Malheureusement, ces ingrédients sont souvent absents.

Mots-clés : , ,

Cette note a été postée le Jeudi, août 13th, 2009 à 7:45 dans la catégorie COMMUNICATIONS, CONSULTATIONS PUBLIQUES, ENVIRONNEMENT, MATIÈRE À RÉFLEXION, RELATIONS PUBLIQUES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


Laissez un commentaire