S'abonner à mon fil RSS

Faire un pitch aux blogueurs : le comment

Il m’arrive de faire des relations de presse pour mes clients. Or, je m’en confesse : je n’ai jamais particulièrement aimé ça. Je préfère de loin concevoir des stratégies de communication, résoudre des crises, faire adopter des projets immobiliers (ce que j’appelle des dossiers d’acceptabilité sociale ici, ici et ici), écrire des discours ou des mémoires, donner des formations, ou encore utiliser les médias sociaux dans mes stratégies de communication.

En ce moment, un client m’a confié un mandat pour lequel je dois approcher les blogueurs. La question à 5 000 points est : comment bien le faire sans se mettre les pieds dans les plats? J’ai évidemment consulté l’amie et collègue Michelle Blanc et je suis tombé sur cet excellent billet de Michelle Sullivan et sur la conversation qui a suivi. Le moulin à réflexion tourne à haute vitesse depuis.

Chaque fois que j’ai eu à faire un pitch (il semblerait que l’on doive dire une approche en français) à un journaliste, je l’ai toujours fait de la même façon, c’est-à-dire en m’identifiant, en identifiant mon client, en attirant l’attention sur la nouvelle et en proposant de l’aide si jamais le journaliste décidait d’aller plus en profondeur. En 40-60 secondes, mon pitch est terminé. Chaque fois, la réaction des journalistes a été la même. Sans dire qu’elle était chaleureuse, la réaction consistait à me remercier de les avoir alertés et de vérifier mes coordonnées s’ils décidaient d’aller plus loin. Faut croire que c’était une bonne approche puisque j’ai souvent eu des retours d’appels. Je reçois même des appels de journalistes concernant des clients pour qui je ne travaille plus.

Mon instinct me dit qu’il faut avoir la même approche avec les blogueurs, sans oublier que ça aide lorsque ces blogueurs me connaissent (pour plus de détails, lire le billet de Michelle Sullivan).

J’entends aussi deux approches différentes. La première consiste à lire les blogues et à les commenter pendant un certain temps avant de faire une approche pitch. La seconde consiste à faire une approche pitch dès le premier coup. Ici, Michelle Sullivan rappelle l’importance, pour nous (professionnels des RP), de lire et de commenter aussi régulièrement que possible plusieurs blogues afin de se faire connaître des blogueurs.

S’il y en a qui ont d’autres suggestions, n’hésitez pas.

Mots-clés : , , , , ,

Cette note a été postée le Lundi, septembre 21st, 2009 à 11:20 dans la catégorie MÉDIAS SOCIAUX, RELATIONS DE PRESSE, RELATIONS PUBLIQUES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


1 commentaire sur “Faire un pitch aux blogueurs : le comment”

  1. Sophie Labelle a écrit:

    Bonjour Pierre,

    Il m’était arrivé de communiquer avec des blogueurs pour les tenir au courant d’un événement par exemple, mais moi aussi je me suis questionnée doublement quand est venu le temps de développer une campagne pour un client (et un produit).

    Je crois que, comme pour des relations de presse, établir une bonne liste de personnes avec qui nous voulons communiquer est primordiale. Une liste très ciblée, car au contraire des journalistes qui nous ignore tout simplement si nous ne frappons pas dans le mille, les blogueurs offusqués peuvent publier notre courriel sur leur blogue par exemple. Avec raison ! On fait donc nos devoirs, comme on le ferait en relations de presse : on effectue des recherche et on lit.

    Je ne crois pas qu’il faille commenter plusieurs fois dans un blogue pour approcher le blogueur. Si le contenu entre dans notre champ d’intérêt, pourquoi pas, mais il faut rester authentique sinon ça ne peut que sonner faux. Comme le dit Michelle, notre approche doit être respectueuse et claire. Je dirai aussi, et surtout, pertinente.

    Merci Sophie pour ce commentaire pertinent, comme toujours. Comment réagirais-tu si on te demandait de faire des commentaires – pertinents il va de soi et en lien avec le contenu du blogue – mais au nom de ton client, c’est-à-dire en te faisant passer pour lui ou pour elle?

Laissez un commentaire