S'abonner à mon fil RSS

On vote pour qui le 1er novembre?

Dans sa chronique, Vincent Marissal publie un courriel d’un lecteur. Ça vaut la peine de le reproduire ici rien que pour traduire le désarroi de nombreux électeurs.

QUESTION. On fait quoi le 1er novembre prochain?

On vote pour:

1 > Un parti au pouvoir corrompu avec un maire qui ne voit rien, ne sait rien, n’entend rien?

2 > Un parti de l’opposition tout aussi corrompu (son ancien chef vient de passer aux aveux) dirigé par madame Blancheville?

3 > Un illuminé qui fume pour sa santé, qui croit à un complot du 11 septembre et qui veut exterminer les automobilistes?

Remarquez comment des déclarations malheureuses de Richard Bergeron peuvent lui coller à la peau.

Il reste six dodos avant d’aller voter, comme l’écrit M. Marissal. Qu’est-ce qu’on aimerait entendre de la part des candidats? Voici quelques suggestions, juste comme ça.

D’abord, j’aimerais que les candidats cessent de se crêper le chignon pour se concentrer sur l’avenir de Montréal. Tiens ce matin, j’entendais une publicité d’Union Montréal à la radio. Devinez quoi ? Gérald Tremblay s’en prenait à Louise Harel, affirmant à quel point ce serait une mauvaise chose que de revenir à une centralisation des services. Fatigué du chamaillage, je vous dis.

Ensuite, je souhaiterais que chaque candidat revienne sur son programme électoral et sur sa vision de Montréal.

Ce serait agréable d’entendre un candidat nous dire comment il réglerait les problèmes les plus irritants (au quotidien) pour les Montréalais. On les connaît tous, n’est-ce pas?

Et enfin, j’aimerais beaucoup qu’un candidat nous dise comment il entend changer la culture et les mentalités du « capital humain » (expression à la mode). Jacques Duchesneau affirmait en fin de semaine qu’il y a beaucoup de talent chez les fonctionnaires. Je n’en doute pas. Alors pourquoi n’aurions-nous pas des fonctionnaires visionnaires en urbanisme et en aménagement urbain, en culture, en développement économique, etc.? Pourquoi les Montréalais n’assisteraient-ils pas à l’expression de leurs talents et de leur vision, canalisée par une équipe d’élus ?

Pourquoi… ah et puis je rêve peut-être un peu trop…

Mots-clés : , , , , , ,

Cette note a été postée le Lundi, octobre 26th, 2009 à 11:25 dans la catégorie COMMUNICATIONS, PROTECTION DE VOTRE RÉPUTATION, RELATIONS PUBLIQUES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


1 commentaire sur “On vote pour qui le 1er novembre?”

  1. Philipe Tomlinson a écrit:

    Ne te décourage pas Pierre, et prends les 6 dodos pour penser à ce qui suit.

    On vote pour :
    1- Le programme du parti du maire qui ne contient AUCUNE nouveauté. La réalisation de projets déjà en cours (comme si ces projets tomberont morts s’il n’est pas réélu). 4 autres années de statu quo et d’interventions policières.
    2- Le programme de Ms. Looeeze Harell (sans toute « Labonté » qu’on lui connait) avec, comme point central, l’exposition universelle de 2020 – un événement plus couteux que les Olympiques, sans le regard international – qui n’a plus sa place dans le monde depuis… l’invention d’un petit quelque chose qu’on appel l’Internet.
    3- Un illuminé (c’est déjà mieux qu’une borne fontaine) qui veut faire ce que tout le monde pense tout bas, c’est à dire éliminer les voitures – seulement une des causes première de polution, d’obésité et de fracture sociale – et mettre au pouvoir un parti qui n’a pas à retourner l’ascenseur à aucun entrepreneur (ou firme de génie conseil), à part bien sûr, les citoyens eux mêmes.

    Le choix est clair. Six dodos avant un nouveau Projet pour Montréal.

Laissez un commentaire