S'abonner à mon fil RSS

Stratégie en marche pour éliminer les autos au centre-ville

J’entends et je lis souvent que le Plan de transport de la Ville de Montréal poursuit comme objectif (parmi d’autres) de réduire le nombre d’autos au centre-ville. Je l’ai même écrit pour André Lavallée, dans un discours que je rédigeais pour lui sur le financement du Plan de transport.

Pour éliminer le nombre d’autos, on pense immédiatement à l’amélioration des services de transports en commun (en nombre et en fréquence SVP), au tramway, aux voies réservées pour les autobus, etc. Ça tombe sous le sens.

Il y a une autre stratégie qui est déployée en ce moment pour arriver au même but. Elle est plus insidieuse, moins évidente, mais elle est en train de décourager lentement une partie des automobilistes. La multiplication des pistes cyclables (au détriment d’espaces pour les autos), la prolifération de stationnements pour Bixi – qui prennent des places de stationnement pour les autos – et qui contribue à augmenter le nombre de cyclistes sur les rues (on sait que vélos et autos ne font pas bon voisinage) et l’augmentation des tarifs de stationnement sur rue font qu’il devient plus difficile de circuler en auto.

Prenez les nouvelles pistes cyclables sur les rues University et Côte-Sainte-Catherine et sur le boulevard de Maisonneuve. Ce sont autant de voies qui ont été éliminées pour les autos et ce sont des places de stationnement qui sont disparues. Sur Côte-Sainte-Catherine, la circulation automobile est devenue difficile en raison de cette piste cyclable. Parlez-en aussi aux propriétaires riverains qui se sont opposés à la construction de cette piste cyclable. Chaque fois qu’on ajoute une piste cyclable, c’est une voie de circulation pour autos qui disparaît ou dont la largeur est tellement réduite qu’elle ne sert plus à rien. Ce sont d’autres vélos qui s’ajoutent sur les rues. Et sur les rues où il n’y a pas de pistes cyclables, ça devient carrément dangereux.

À ceux et celles qui auraient conclu que je suis opposé aux pistes cyclables, aux vélos, etc., je vous arrête tout de suite. Vous êtes dans l’erreur. Ce que je déplore, c’est que la véritable mesure qui réduira le nombre d’autos au centre-ville, soit l’amélioration du transport en commun, progresse à pas de tortue. On perd un temps fou en discussion, en études d’impact, etc. pendant que le nombre de pistes cyclables progresse assez rapidement. Je déplore également que les cyclistes soient exposés à autant de dangers sur nos rues car, il faut le dire, le nombre d’autos au centre-ville ne baisse pas rapidement. Et l’impatience des automobilistes conjuguée à l’imprudence des cyclistes représente un cocktail dangereux.

Il faut vite réaliser le plan de transport.

Mots-clés : , , , , , ,

Cette note a été postée le Jeudi, novembre 19th, 2009 à 3:04 dans la catégorie POLITIQUE MUNICIPALE. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


Laissez un commentaire