S'abonner à mon fil RSS

Jardins Millen : un projet d’acceptabilité sociale réussi

Le projet de résidence pour retraités Les Jardins Millen, du Groupe Maurice, faisait l’objet d’un registre dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville. À 19 heures ce soir, le résultat est tombé : trois signatures. Il en fallait un peu moins de 300 pour bloquer ce projet. Donc c’est gagné. Retour sur un projet qui, sous certains aspects, a été différent de tous les autres que j’ai faits depuis une douzaine d’années.

D’abord, les opposants ont eu un parcours atypique. Je veux dire que les opposants n’ont pas eu le même comportement que tous les autres que j’ai rencontrés. Je n’écrirai pas quel a été leur comportement sur ce blogue des fois que de futurs opposants s’en inspireraient. Il reste que, par leur attitude différente, ces gens m’ont causé quelques surprises. Leçon apprise.

Malgré cette petite différence, la stratégie que j’utilise depuis un certain temps s’est avérée la bonne. Quant aux moyens tactiques, j’ai dû faire des ajustements. Par exemple, j’ai rarement recours aux médias traditionnels. Pas cette fois : l’hebdo de quartier est très lu. Le client, en plus d’accorder des entrevues, y a placé plusieurs annonces qui ont été très vues. J’ai utilisé un blogue, comme je le fais souvent. Or, le blogue posait un défi étant donné qu’une bonne partie de la clientèle visée était des personnes âgées. Par contre, les résidents de l’arrondissement, plus particulièrement les personnes habiles à voter, n’appartiennent pas toutes à ce groupe d’âge. Le blogue a eu des statistiques de fréquentation moyennes. Les commentaires (plus de 30) sont venus en majorité de personnes âgées ou de personnes intéressées à réserver une place dans la future résidence. Aucun indice sur la fréquentation par les personnes habiles à voter ou par les opposants. Donc, j’évalue que le blogue a eu une utilité moyenne.

J’ai fait réaliser un sondage d’opinion ; rien de très compliqué, que des données quantitatives sur la notoriété du projet et sur les opinions. Résultat : sur 400 entrevues, 83 % de personnes ont affirmé être en faveur ou ne pas s’opposer pas au projet et 17 % ont affirmé être défavorables au projet , soit 13 % qui ont des réserves et 4 % qui sont totalement opposées. Un très bon résultat que le client s’est empressé de distribuer à toutes les portes des zones habilitées à voter avant la tenue du registre.

Les rencontres organisées par le client (le promoteur) et les résidents du quartier fonctionnent rarement. Personne ne se déplace pour ces assemblées, ou très peu de personnes. Or, dans ce cas-ci, le client a tenu deux rencontres avec des opposants. À mon avis, ces deux rencontres ont été déterminantes pour l’issue du projet. La raison est fort simple : ces personnes se présentaient comme membres d’un comité d’opposants (Nous n’avons jamais pu évaluer leur nombre, mais je soupçonne qu’il n’y en avait pas beaucoup.). De plus, elles étaient organisées et elles sont venues rencontrer le promoteur avec une stratégie bien préparée. Mon client avait lui aussi sa stratégie.

La communication bidirectionnelle, si importante dans des projets d’acceptabilité sociale, était présente lors de ces deux rencontres, sans compter les nombreux échanges téléphoniques, les lettres et les courriels. Comme dans toute communication bidirectionnelle, il y a eu échanges de points de vue et négociation. C’est au terme de la deuxième rencontre, le vendredi 16 avril, que les deux parties en sont venues à une sorte d’accord en échange duquel les résidents se sont engagés à ne rien tenter pour bloquer le projet. Cet engagement a été confirmé dans une correspondance reçue ce matin, jour du registre.

Voilà ce qu’il y a de passionnant dans ces projets : bien qu’ils se ressemblent tous, ils ont tous des particularités qui les rendent différents.

Mots-clés : , , , , , , , ,

Cette note a été postée le Lundi, avril 19th, 2010 à 9:44 dans la catégorie RÉFLEXIONS ET EXPÉRIENCES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


Laissez un commentaire