S'abonner à mon fil RSS

Échangeur Turcot : comment se faire une idée (1er de plusieurs billets)

L’échangeur Turcot : quel projet ! Au fait, est-ce un projet de transport ou un projet urbain ? Ou les deux ? Lequel l’emporte sur l’autre ? Le projet de transport ou le projet urbain ?

J’entends parler du projet de l’échangeur Turcot du ministère des Transports (MTQ), mais je n’ai pas vu le projet qu’il propose.

J’ai entendu parler du projet de la Ville de Montréal et j’ai vu une présentation, mais sans les commentaires, il est difficile de comprendre et de se faire une idée.

Bref, sans doute comme plusieurs Montréalais, je suis perplexe. Alors j’ai fait une revue de la presse. Rien de tel que Google, n’est-ce pas ?

Tout ce que je sais du projet du MTQ, c’est qu’il sera construit au sol ou en remblais. Fini le spaghetti en hauteur… le spaghetti sera au sol. Pour connaître ce projet, il faut consulter ici. Combien de personnes prendront le temps de le faire ? Voici les principales caractéristiques du projet :

* Reconstruction de l’échangeur Turcot principalement en remblai en abaissant la hauteur des structures.
* Reconstruction de l’échangeur De La Vérendrye et d’un tronçon de l’autoroute 15 en remblai et déplacement vers le nord par rapport à leur emplacement actuel.
* Reconstruction de l’échangeur Angrignon à l’ouest de la structure existante.
* Reconstruction de l’échangeur Montréal-Ouest au niveau du sol.
* Inversion des voies de circulation de l’autoroute 20 à l’ouest de l’échangeur Turcot. – Déplacement de l’autoroute 20 vers le nord.
* Déplacement des voies ferrées vers le nord.
* Reconstruction de l’autoroute 720 en remblai entre l’échangeur Turcot et l’avenue Greene.

Le projet du MTQ laisse aussi la place aux transports collectif et actif :

* Voie réservée pour le transport collectif au centre de l’autoroute 20;
* Mesures préférentielles pour les autobus dans l’axe de la rue Notre-Dame;
* Corridor réservé pour l’implantation d’un éventuel lien ferroviaire entre le centre-ville, l’aéroport international P.-E.-Trudeau de Montréal et l’ouest de l’île de Montréal;
* Mesures préférentielles en transport collectif pour atténuer les impacts sur la circulation pendant les travaux;
* Aménagement d’une piste multifonctionnelle au pied de la falaise Saint-Jacques pour les piétons et les cyclistes;
* Réaménagement et élargissement des trottoirs existants pour les rendre plus sécuritaires;
* Aménagement d’une nouvelle piste cyclable sur le boulevard Sainte-Anne-de-Bellevue et la rue Notre-Dame;
* Relocalisation du lien cyclable permettant de relier les pistes du canal de l’Aqueduc et du canal de Lachine (actuellement localisé sous l’échangeur de La Vérendrye). Ce lien sera relocalisé le long de la rue de Roberval dans un décor plus convivial et un environnement sécuritaire pour les cyclistes.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, après la lecture de ce qui précède, je suis certes plus renseigné, mais je ne sais toujours pas si c’est un bon projet.

Quelques affirmations sur le site me laissent perplexe :

Conformément à sa mission, qui est d’assurer, sur tout le territoire, la mobilité des personnes et des marchandises par des systèmes de transport efficaces et sécuritaires qui contribuent au développement durable du Québec, le ministère des Transports doit donc procéder à une réfection complète de ces échangeurs.

Dans ce qui précède, c’est surtout la deuxième partie de l’affirmation, celle qui a trait au développement durable, qui m’a fait sursauter. En effet, je vois mal le développement durable associé à des infrastructures autoroutières pour les camions, les automobiles et les motos. Peut-être s’il était davantage question de train, de tramway et d’autobus… Comme si, pour le MTQ, un échangeur ne peut servir qu’aux camions et aux autos.

Et puis, il y a cette autre affirmation :

En retenant cette solution, le MTQ a opté pour la reconstruction des échangeurs sans augmenter le nombre de voies de circulation. Cependant, les réaménagements prévus et l’ajout d’accotements amélioreront la fiabilité du réseau et la sécurité routière.

Faudrait qu’on m’explique : chaque jour, c’est congestionné, mais on n’augmente pas le nombre de voies et on parle si peu de transport collectif… comment cette nouvelle structure va-t-elle solutionner les problèmes de congestion ?

Il faudrait que les gens qui s’y connaissent se mêlent du débat. Il y en a, mais il y en a trop peu. Il faudrait aussi faire un effort de communication afin de rejoindre les payeurs de taxes dans une langue accessible.

Prochain billet : le projet dévoilé par la Ville de Montréal.

Mots-clés : , , , , , ,

Cette note a été postée le Mardi, avril 27th, 2010 à 2:28 dans la catégorie COMMUNICATIONS, CONSULTATIONS PUBLIQUES, ENVIRONNEMENT, POLITIQUE MUNICIPALE, RÉFLEXIONS ET EXPÉRIENCES, RELATIONS DE PRESSE, RELATIONS PUBLIQUES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


Laissez un commentaire