S'abonner à mon fil RSS

Échangeur Turcot : un projet urbain ou de transport ? (3e billet)

Pas facile de se faire une idée sur la reconstruction de l’échangeur Turcot. Gérald Tremblay affirme que le projet qu’il a présenté a pour objectifs de réduire la circulation automobile, d’augmenter le transport par autobus et les voies qui lui sont réservées et d’aménager le paysage de manière à préserver les quartiers existants. Il a qualifié son projet de plan de réaménagement de l’échangeur Turcot (le MTQ parle de reconstruction) et il a affirmé : On veut préserver la qualité de vie des gens qui habitent les secteurs avoisinants ces autoroutes.

Il est clair que le maire de Montréal et le responsable de l’urbanisme au comité exécutif, Richard Bergeron (Projet Montréal) proposent une vision du développement urbain au coeur de laquelle se trouve une infrastucture autoroutière fort complexe et vitale pour l’économie de la grande région Montréalaise, l’échangeur Turcot. On sent moins cette vision et cette préoccupation dans le projet proposé par le MTQ pour l’échangeur Turcot.

Voici les principes poursuivis par la Ville :

  • maintenir et consolider les habitats existants
  • renforcer la continuité urbaine entre les quartiers en éliminant les talus
  • optimiser le potentiel de développement en dégageant le maximum de terrains
  • mettre en valeur les paysages existants, en particulier la falaise Saint-Jacques, le canal de Lachine et celui de l’Aqueduc
  • créer une entrée de ville attrayante, témoin du dynamisme de Montréal
  • accroître le verdissement du secteur.

On voit clairement qu’il s’agit d’un projet de développement urbain soutenu par une vision. Pourquoi y serions nous opposés ?

J’ai retenu aussi quelques commentaires d’experts.

Ce n’est pas juste un projet d’aménagement, c’est un plan d’urbanisme, car on n’est pas en campagne, on est en ville. (Jean Décarie, urbaniste)

C’est une façon différente de penser la ville. Il faut arrêter de construire des autoroutes en milieu urbain. Il faut rediscuter de la capacité routière; il faut parler du transfert modal de l’automobile vers les transports en commun. Et il faut que le projet s’intègre au milieu urbain pour favoriser son développement. (Pierre Brisset, concepteur du projet (avec la collaboration de Pierre Gauthier) proposé par la Ville de Montréal.)

Mots-clés : , , , , ,

Cette note a été postée le Mardi, avril 27th, 2010 à 3:53 dans la catégorie COMMUNICATIONS, CONSULTATIONS PUBLIQUES, ENVIRONNEMENT, MATIÈRE À RÉFLEXION, POLITIQUE MUNICIPALE, RÉFLEXIONS ET EXPÉRIENCES, RELATIONS PUBLIQUES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


Laissez un commentaire