S'abonner à mon fil RSS

Échangeur Turcot : deux visions, deux séries d’arguments (4e billet)

Au plan de la communication, le débat entourant l’échangeur Turcot est fort intéressant. D’un côté, la Ville de Montréal parle d’un projet mobilisateur, de retour sur l’investissement grâce à la réduction de la congestion routière (qui coûte 1 milliard de dollars chaque année aux contribuables et aux entreprises), grâce aussi à la libération d’espaces vacants pour le développement commercial.

De son côté, sur le site du ministère des Transports (MTQ), on peut lire à propos de l’échangeur Turcot :

Le projet est aussi l’occasion de revitaliser ce secteur de Montréal, zone névralgique tant en matière de transport que de vitalité économique de la métropole. Dans cette optique, le Ministère a commandé plusieurs études dans le but d’obtenir un éventail de solutions qui amélioreraient la sécurité des usagers, limiteraient les impacts sur l’environnement pendant les travaux et après la mise en service des nouveaux échangeurs et assureraient une intégration harmonieuse des nouvelles infrastructures à leur milieu.

Deux solutions ont été envisagées pour l’échangeur Turcot : la réparation et la reconstruction des infrastructures autoroutières existantes. Bien qu’elle eût permis d’étaler les dépenses dans le temps, l’option de réparation a été écartée, car elle comportait un trop grand nombre d’inconvénients (interventions d’urgence difficilement prévisibles, ralentissement de la circulation, fermetures prolongées, durée des travaux, etc.). De plus, une reconstruction complète des échangeurs aurait été nécessaire à moyen terme malgré un investissement important en réparation. L’option de reconstruction a donc été retenue.

Il est frappant de constater la différence de vision sur le réaménagement de l’échangeur Turcot. Personne ne conteste qu’il faut reconstruire le complexe Turcot. Plusieurs se demandent cependant s’il n’y aurait pas lieu d’envisager ce chantier sous l’angle d’un projet urbain du XXIe siècle, un projet qui permettrait d’investir dans des infrastructures de transport collectif. Et c’est là qu’on se retrouve dans une situation de changement de nos perceptions et de nos habitudes. J’y reviendrai.

6 millions, c’est trop cher
Ah la belle stratégie utilisée par la ministre, Julie Boulet, et par le gouvernement. Au fait, d’où sort ce chiffre ? Comment les experts du gouvernement sont-ils arrivés à ce chiffre en une semaine ? Doit-on prendre ce chiffre au sérieux ? Vous me permettrez d’en douter. Ce n’est qu’une stratégie pour tenter de discréditer et de tuer ce projet dans l’oeuf. Et ça marche. Faut voir les commentaires aux articles publiés dans les médias ; faut voir comment ce chiffre est repris par les journalistes. Tout le monde n’a que le chiffre de 6 millions de dollars en bouche. Les porte-parole de la Ville tentent de nuancer l’effet désiré :

« Le fardeau de la preuve est du côté de la ministre », dit Richard Bergeron, responsable de l’urbanisme au comité exécutif de la Ville de Montréal et chef du parti d’opposition Projet Montréal.

Richard Bergeron qualifie de « déraisonnables » les chiffres avancés par la ministre des Transports. Julie Boulet évalue entre quatre et six milliards de dollars le coût du projet montréalais. « Échangeur pour échangeur, il n’y a pas de raison que la proposition montréalaise soit plus chère que celle du ministère des Transports du Québec », rétorque Richard Bergeron.

En lisant cela, je trouve que le fardeau de la preuve repose sur les épaules de la Ville de Montréal. Et pendant qu’on discute de dollars, on n’explique pas aux Montréalais ce qu’il faudrait comme projet pour l’échangeur Turcot. Les congestions ne sont pas prêtes de disparaître.

Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Cette note a été postée le Mercredi, avril 28th, 2010 à 7:39 dans la catégorie COMMUNICATIONS, ENVIRONNEMENT, MATIÈRE À RÉFLEXION, POLITIQUE MUNICIPALE, RÉFLEXIONS ET EXPÉRIENCES, RELATIONS DE PRESSE, RELATIONS PUBLIQUES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


Laissez un commentaire