S'abonner à mon fil RSS

Vigie des médias sociaux et les téléphones intelligents des employés

Samedi dernier, lors du Colloque C de la SQPRP, j’ai donné un atelier sur la gestion de crise. Nous avons simulé une cellule de crise et les équipes ont travaillé à prendre le contrôle d’une crise fictive soumise en début d’atelier. Je reviens aujourd’hui sur un élément sur lequel j’ai demandé aux participants de réfléchir : la présence de téléphones intelligents (avec appareil photo et caméra vidéo) sur les lieux du travail, et la très nette possibilité que des employés captent des images à l’insu de leur employeur et les diffusent dans les médias sociaux. Pour ceux et celles qui en doutent, parlez-en au patron d’Alimentation Couche-Tard

Aux États-Unis, certaines grandes entreprises confisquent les téléphones cellulaires des employés à leur arrivée au travail et les leur rendent à la sortie. Elles sont peu nombreuses, mais elles existent. Je me doute que ces entreprises ont dû essuyer de vives protestations et peut-être même quelques poursuites. Chez nous, j’ai trouvé un bulletin de De Grandpré Chait, sous la plume de Me Andrée Gosselin, qui met en garde les entreprises contre la présence de ces appareils et leur utilisation sur les lieux de travail.

Je cite Me Gosselin :
 » Le Code civil du Québec ainsi que la Charte des droits et libertés de la personne imposent à l’employeur la responsabilité ultime des actes de ses employés, entre eux et face aux tiers. C’est aussi à l’employeur qu’il incombe de respecter l’image, la vie privée et la dignité de ses employés et de s’assurer que ces droits sont protégés dans l’environnement de travail.  » C’est une question délicate tant les téléphones cellulaires sont devenus une extension de chaque personne, un objet éminemment personnel.

Revenons maintenant à l’utilisation de ces appareils en situation de crise. Qu’est-ce qui empêcherait un employé de capter des images d’un accident et de les diffuser ? Dans l’absolu, rien. Par contre, une entreprise peut adopter une politique sur l’utilisation des téléphones avec fonction caméra intégrée sur les lieux du travail. C’est la suggestion de Me Gosselin. Et en situation de crise, il vaut mieux exercer un monitorage serré des médias sociaux, au cas où la crise pourrait s’amplifier en raison d’images inédites diffusées dans les médias sociaux par vos employés.

Mots-clés : , , , , ,

Cette note a été postée le Jeudi, septembre 29th, 2011 à 9:18 dans la catégorie COMMUNICATIONS, GESTION ET RÉSOLUTION DE CRISE, MÉDIAS SOCIAUX, PROTECTION DE VOTRE RÉPUTATION, RELATIONS PUBLIQUES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


Laissez un commentaire