S'abonner à mon fil RSS

Faut-il revoir les chartes d’utilisation des médias sociaux ?

Plusieurs organisations ont adopté une charte d’utilisation des médias sociaux. Sage précaution. Faut-il les revoir et les mettre à jour ? Ce serait une autre sage précaution. Le récent document du CEFRIO Gérer les enjeux et les risques juridiques du Web 2.0, une recherche très complète, nous en convainc dès qu’on prend la peine de le lire.

On se doutait qu’il y avait des risques à utiliser les médias sociaux. Les grandes organisations ont eu un réflexe de prudence en n’adoptant pas immédiatement les médias sociaux. Elles ont voulu se donner des règles de gouvernance. C’est ce qu’il fallait faire.

Le document du CEFRIO précise un tas de choses. On apprend (si on ne le savait pas déjà) qu’il y a des risques de comportement : risques pour la réputation des personnes, pour la vie privée, pour le droit à l’image, pour la propriété intellectuelle et des risques de diffusion de contenus contraires aux lois.

On lit aussi que nous sommes responsables de tout ce que l’on met en ligne et que ces contenus peuvent être utilisés contre nous.

Il y a des risques de configuration. Qu’est-ce que ça veut dire ? Permettez-moi de citer l’étude : « la façon dont sont configurés les environnements peut faciliter l’accomplissement de gestes qui peuvent se révéler illicites. » (…) « L’information – même de caractère public – peut plus facilement être trouvée puis agglomérée de manière à déduire des informations qui relèvent de la vie privée. De fait, les risques pour la vie privée changent d’échelle sur Internet. »  Avouez que ça porte à réfléchir.

Enfin, il y a les risques et les enjeux de régulation. Encore une fois, je cite le CEFRIO : « Dans les environnements Web 2.0, les différents acteurs occupent des positions et tiennent des rôles qui changent. Cette volatilité des rôles tenus par les acteurs peut rendre problématique la détermination des responsabilités. » Il faut relire cette section pour bien en comprendre la portée.

L’étude du CEFRIO examine les enjeux et risques des principales applications du Web 2.0 et propose des mesures pour se protéger. C’est dense et très complet (115 pages en tout).

Alors faut-il revoir les chartes qui ont été rédigées avant la publication de cette étude ? La réponse est OUI sans équivoque. Et j’ajouterais une précaution : je ferais examiner le document du CEFRIO par les conseillers juridiques de l’organisation.

Mots-clés : , , , , ,

Cette note a été postée le Vendredi, février 24th, 2012 à 5:23 dans la catégorie COMMUNICATIONS, MATIÈRE À RÉFLEXION, MÉDIAS SOCIAUX, PROTECTION DE VOTRE RÉPUTATION, RELATIONS PUBLIQUES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


Laissez un commentaire