S'abonner à mon fil RSS

Médias sociaux et renouvellement de convention collective : un coup d’oeil à la grève étudiante

J’ai pensé jeter un coup d’oeil à la grève étudiante comme s’il s’agissait d’un conflit patronal-syndical.

La CLASSE, coalition élargie de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) utilise une suite de médias sociaux comme moyens de communication. C’est un choix logique lorsqu’on n’a pas les moyens financiers de la partie adverse. Ainsi, l’ASSÉ a son site Web ; la CLASSE a le sien (Bloquons la hausse) ; la CLASSE a créé une page Facebook et un compte YouTube ; enfin, elle utilise Twitter. Voilà le parfait arsenal de communication web.

Les deux sites Web semblent être sur des plateformes de blogue, comme c’est souvent le cas maintenant. Le site de l’ASSÉ sert à couvrir l’actualité (les nouvelles occupent l’espace le plus important à l’écran). Les hyperliens vers les autres plateformes de communication sont présents, de même que des liens vers d’autres sites. Les onglets renferment les communiqués, le matériel d’information, les documents de recherche et autres renseignements sur ce mouvement syndical.

Le site Bloquons la hausse, plus dynamique que le précédent dans sa présentation visuelle, est l’outil de communication de la CLASSE (coalition large de l’ASSÉ). Les onglets sont particulièrement riches en information sur le mouvement de contestation de la hausse des droits de scolarité. Si vous voulez comprendre la position des étudiants, ce sont des documents à lire. J’espère que les journalistes ont été informés de l’existence de ce site et qu’ils ont pris la peine de lire les argumentaires. Toute personne du public qui cherche à se faire une idée sur ce mouvement devrait prendre la peine de lire ces documents, en plus de lire les médias traditionnels.

La CLASSE a pris soin de se créer une chaîne YouTube dans laquelle elle dépose ses vidéos. Ici encore, il y a une abondante documentation.

Enfin, le compte Twitter est très actif et semble être utilisé pour mobiliser les étudiants et stimuler leur participation aux manifestations. J’oubliais la page Facebook, bien conçue selon la nouvelle présentation graphique des pages d’organisation.

Allez voir ces documents et jugez par vous-mêmes. C’est bien fait.

Je m’interroge cependant sur l’efficacité stratégique de tous ces outils. Ont-ils une pénétration hors du mouvement étudiant ? Je consulte les vidéos et je m’aperçois qu’elles sont vues en moyenne par un millier de personnes. C’est peu. Il y en a bien une qui a été vue plus de 40 000 fois, mais ça semble être l’exception. Ce matin, je vois qu’il y a un peu moins de 3 000 personnes qui aiment la page Facebook. Enfin, je ne sais pas combien de personnes sont abonnées aux fils RSS des deux sites Web du mouvement. Ces chiffres me laissent comprendre (je peux me tromper) que ces outils de communication n’ont peut-être pas la portée souhaitée. Toute la question est là : c’est beau de créer des outils de communication en utilisant les médias sociaux ; c’en est une autre d’avoir imaginé et conçu une stratégie pour faire en sorte que ces outils de communication permettent d’atteindre les objectifs prédéfinis.

On peut avoir recours aux médias sociaux parce que c’est facile, ça ne coûte pas cher, c’est à la mode, etc., et en rester là et être satisfait. À mon avis, on devrait plutôt avoir une réflexion sur la stratégie à employer et définir des objectifs avant de se lancer dans l’utilisation des médias sociaux et, par la suite, mesurer l’efficacité de la stratégie et des médias sociaux utilisés. LaCLASSE le fait peut-être. Sinon, elle devrait le faire.

Remarque : j’ai utilisé plusieurs mots clés et combinaisons de mots clés pour lancer des recherches sur Google. Je ne vois pas les médias sociaux utilisés par la CLASSE. Par contre, les médias traditionnels apparaissent en première page des résultats, de même qu’un site du gouvernement du Québec.

Je vois aussi que le Gouvernement a acheté plusieurs mots clés sur Google. Comme l’expliquait Vincent Larouche dans La Presse du mois de novembre dernier.

Mots-clés : , , , , , , ,

Cette note a été postée le Mardi, mars 13th, 2012 à 9:34 dans la catégorie COMMUNICATIONS, MÉDIAS SOCIAUX, RELATIONS PUBLIQUES. Vous pouvez suivre les commentaires à propose de cette note grâce à ce flux RSSRSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou insérer un trackback depuis votre site.


2 commentaires sur “Médias sociaux et renouvellement de convention collective : un coup d’oeil à la grève étudiante”

  1. Daniel Moses a écrit:

    Point de vue objectif et éclairant sur ce débat de société. Quelles seraient les pistes de solutions pour élargir la diffusion des messages en sachant que l’objectif ultime est de faire connaître leur position par le plus grand nombre possible mais avec des moyens limités (ce sont des étudiants et non le gouvernement)?

    Salutations!

  2. Administrateur a écrit:

    En premier lieu, le mouvement étudiant aurait pu faire un meilleur travail de référencement. Il y a des moyens simples pour identifier les mots clés les plus utilisés. Ensuite, ils auraient pu faire un meilleur travail de rédaction afin de positionner les mots clés aux bons endroits dans leurs textes et afin d’obtenir une densité des mots clés suffisante pour obtenir le positionnement désiré. Ensuite, il faut partager l’information et la rendre virale. Pour cela, chaque étudiant doit partager les liens et les articles avec son réseau, le plus large possible. On peut aussi s’interroger sur la stratégie qui consiste à faire des manifestations qui tournent à la casse (ce qui n’aide absolument pas le mouvement étudiant). Ne devraient-ils pas trouver des moyens pour transmettre leur point de vue, pour l’expliquer ? En ce moment, tout ce que le public retient, ce sont les manifestations et le grabuge.

    Je m’arrête ici, car c’est une longue discussion.

Laissez un commentaire